Ce n’est bien sur pas un hazard si Serge Tesssot-Gay partage ce Master Class avec Alise Botté. Échapper à l’uniformisation de la musique, conserver sa liberté de créer…  Serge cherche, explore, et découvre grâce à la pratique de la composition en temps réel. Féru d’objets (bois, métal, verre…), d’accessoires (archets physiques ou e-bows) ou d’électronique (pédales d’effets), le “vocabulaire” du guitariste rock de Noir Désir s’est largement étendu à d’autres horizons artistiques.


 

La musique n’échappe pas à l’uniformisation généralisée, qu’induit une industrialisation grandissante dans tous les domaines. Pour conserver la liberté de créer, des musiciens deviennent indépendants et fondent leur label. 

J’en fais partie. 

Parmi mes créations, le solo est un espace de liberté absolue, où je cherche, et explore, et découvre, grâce à la pratique de la composition en temps réel (autre formulation de l’improvisation). 

Le travail solo nécessite un travail formel préparatoire de longue haleine, où j’enrichis mon alphabet musical et mon « vocabulaire » de manières diverses : utilisation d’objets (bois, métal, verre…), accessoires (archets physiques ou e-bows), électronique (pédales d’effets) 

Composer avec toutes ces matières sonores, en solo, en improvisation, et en public, me semble établir un pont entre l’enseignement académique et la pratique : l’auditeur peut simplement se laisser porter par la musique, mais aussi ressentir et analyser l’acte de création à l’œuvre dans l’instant.

 Crédit Photo : EarFish


PLUS D'INFOS :