Patrice Jania est né le 24 février 1966, à Versailles, dans les Yvelines. En 1973, ses parents quittent Le Chesnay où ils habitent pour s’installer sous le climat plus clément du Sud-Ardèche. C’est Aubenas qui les accueille, Patrice y fera toute sa scolarité, au quartier des Oliviers.
   Il commence la guitare à 14 ans, par hasard, parce qu'on lui prête un instrument jugé trop difficile. Son père lui offre peu de temps après une guitare d'étude, cordes acier, dure à jouer, mais peu de gens dans la famille font de la musique. Et puis les adolescents ont parfois des passions qui s'estompent aussi vite qu'elles ont pu apparaître.
   En dépit de ses doigts un peu endoloris, Patrice insiste et achète un 33T de guitare que lui recommande son disquaire : “La guitare à Dadi, vol 1“. Deux mois plus tard il en joue tous les titres, et il passe ainsi en revue tous les disques qui accrochent ses oreilles, relevant les airs “à la feuille“, s'apprenant seul des pièces parfois difficiles, mais qui ont peu à peu forgé sa technique et développé ses connaissances.
         De retour en France, il part au service militaire, à Strasbourg. Il termine celui-ci en septembre 1988, et court à Paris assister au concert de Marcel DADI et Jean Félix LALANNE à l’Olympia. Le lendemain du concert, il croise Marcel dans l’un de ses magasins rue de Douai dans le 9° arrondissement de Paris. Ce dernier l’informe de l’existence d’une convention de pickers, dont la première aura lieu en novembre l’année suivante. Il repart à Strasbourg, où il enseigne l’anglais, pendant trois ans, personnel civil à l’Ecole Militaire.
   Entre temps, la première convention a lieu. Il arrive un peu en avance à Issoudun Capitale de la Guitare, une demi-journée trop tôt, tout comme Eric Gombart avec qui il partage quelques titres sur un banc. Le début d’une amitié qui dure encore aujourd’hui au sein du quartet Les Superpickers dont ils font partie avec Bruno Mursic et Antoine Tatich.Marcel Dadi arrive en soirée et leur amitié commence. Elle allait les mener jusqu’à travailler de nouveaux duos. Le rêve d’un guitariste amateur : jouer avec son mentor. Mais il n’est pas facile de confronter ses connaissances et ses parcours, face à une star du monde de la guitare. Leur collaboration musicale s’arrête pour préserver l’amitié qui en est née. Sous l’impulsion de Marcel, Patrice démissionne de son poste de prof d’anglais, et se lance dans la musique. Nous sommes en 1990.
  En 1996, après la disparition de Marcel Dadi et l’hommage à l’Olympia où les Superpickers interprètent un Medley de ses musiques, Patrice discute avec Franck Cheval. Il se sont connus là encore lors de la première convention d’Issoudun. Franck livrait “Princess“ à Marcel. Une merveille de lutherie et de nâcre. Patrice voudrait une guitare, une à son idée. Pas celle dont on se lasse au bout de quelques mois. L’instrument se construit sur le papier. A peine sa jumbo custom (qui porte aujourd’hui le nom de “signature Patrice Jania“) voit-elle le jour en 1997 que Franck provoque la rencontre avec Francis Cabrel. Venu partagé une scène intimiste et rare réunissant Steve Waring et Michael Jones, Francis Cabrel -heureux détenteur de plusieurs Cheval- a ainsi découvert les versions guitare de plusieurs de ses chansons sous les doigts de Patrice.
Il écrit par la suite un grand nombre d'ouvrages en solfège et tablature, parfois avec CD, pour contribuer à élargir le répertoire de la guitare moderne.
Il est à présent un des défenseurs de la guitare acoustique et du développement de la musique instrumentale dans sa région.
Patrice Jania lui rend un hommage permanent à travers sa musique. Si le style est différent, c'est qu'il puise sa force dans une terre fertile. 

 
 






                                                                                                    Crédit Michel DURAND







Contacts & infos:
http://www.patricejania.com