MASTER-CLASS - VENDREDI 1er NOVEMBRE - 14H30    

AUDITORIUM - CENTRE DE CONGRES                                  

***

STAGE - VENDREDI 1er & SAMEDI 2 NOVEMBRE - 9H/12h   

MELI                                                                                                  

Hervè Legeay

Sa passion pour la guitare, instrument protéiforme capable de servir toutes les musiques de la plus populaire à la plus savante, a déjà permis à Hervé Legeay de vivre plusieurs vies dans une seule.
S’il monte son premier groupe de rock à l’âge de 13 ans, il fait ensuite de solides études de guitare classique aux conservatoires de Tours et d’Angers, tout en chantant dans les chœurs du Théâtre Musical d’Angers. S’ensuit alors une décennie… de pur Rock’n’roll ! Lead guitar et chanteur des Nights, puis des Stepping Stones, il se produit en Europe et aux États-Unis en ouverture des Ramones ou de David Bowie.
Dix ans plus tard, il entre avec ferveur dans l’univers du Jazz manouche, intégrant le sextet de Romane après avoir été son élève, jouant avec Babik Reinhardt, Angelo Debarre ou Stochelo Rosenberg.
Avec Romane, il se lance dans l’aventure de la revue « French Guitare », dont il est le rédacteur en chef.
La guitare manouche le conduit assez naturellement à la chanson française, principalement en la personne de Sanseverino qu’il accompagne pendant 14 ans, mais aussi en studio pour Francis Lemarque, Pierre Barouh, les Têtes Raides, Morane, Patricia Kaas, Mell…
Il appartient également au truculent collectif de Dominique Cravic, Les primitifs du Futur, et met en musique des chansons, pour Allain Leprest notamment.
Sa participation au Peer Gynt mis en scène par Éric Ruff à la Comédie française lui propose une variation nouvelle avec la rencontre du théâtre et de la musique ; une variation qui pourrait devenir un nouveau thème, puisque Giorgio Barberio Corsetti lui demande de composer la musique d’un « Chapeau de paille d’Italie », qui sera joué à la Comédie française en 2012 et 2014.
En ce moment, il accompagne le « Cabaret Boris Vian » monté par Serge Bagdassarian, toujours au Théâtre français.